Ben voyons...

Publié le par Jeanne Djoumpey

Je parle

pour ne pas me taire , ou plutôt ...pour m'extraire du ventre des falaises

présence grouillante

             immobile

des objets ;

            être-là questionnant

non comme l'hirondelle en ses longs vols d'ardoise claire,

ni comme la blondeur des murs , qui s'égrène en sombres fleurs d'été

Mais comme l'organe assoiffé de sa propre existence ,

le "vivant" qui déploie sa propre image dans sa tête, sans la voir,

la tension du corps qui ne peut sortir de lui-même...

 

            Je parle en mon absence , installée à une terrasse ,

juste à côté de ma conscience d'être ;

            Je parle pour me (dé)dire ;

            Je chante

                              pour ne pas mourir .

 

Jeanne Djoumpey

Publié dans E...ecrire

Commenter cet article