Contemplation

Publié le par Polixène



L'obscurité vibrante au profond des feuillages
Renoue en moi ce pacte ancien avec le jour;
Les vertes frondaisons m'apaiseront toujours
Si colère ou frayeur altèrent mon visage.

Agitez-vous, courez au loin, où bon vous semble, 
Oubliez les malheurs abhorrés de votre âge, 
-Miracles en flacons entre vos mains qui tremblent-

Cherchez autour du monde... ce qui est déjà en vous!
Quel absurde labeur, et quelle vie de fous,

Quand le feuillage en nous palpite et nous rassemble...
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Ce poème est une schaltinienne. Forme fixe.(Contrainte d'écriture.VE)
Contemplation

Publié dans P...poésie

Commenter cet article