Arrêt sur images

Publié le par Jeanne Djoumpey

Voilà; malgré nos 200000 signatures de protestation (200 000 !!!!) le service public a dû juger cette émission de Daniel Schneiderman trop intelligente, trop subversive sans doute :couic!

Donc on reprend le combat mais sur internet cette fois ;je colle le message avec tous ses détails:

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Bonjour à toutes et à tous,


Comme je vous l’annonçais au début du mois, c’est à présent à vous de nous aider à reconstruire Arrêt sur images. A l’écart des médias traditionnels. Sur le Net.

Dès aujourd’hui, 13 septembre, vous pouvez vous abonner au futur site d’@rrêt sur images, qui sera en ligne en janvier 2008.

Ce sera un site d’une nature inédite, qui mêlera des enquêtes écrites et des émissions de télévision. Il comportera un « coin des profs » dédié à la pédagogie des médias et de l’audiovisuel, ainsi qu’un espace communautaire d’un nouveau genre pour confronter nos pratiques des médias.

Le formulaire d’abonnement est disponible sur le site provisoire qui va nous accompagner tout au long de cette étape, et où vous retrouverez l’équipe d’Arrêt sur images. Vous y trouverez aussi les détails de notre offre d’abonnement.

Pour accéder à notre site provisoire, cliquez ici.

Pourquoi faut-il vous abonner dès aujourd’hui ?

Parce que nous n’avons pas voulu faire appel à des investisseurs extérieurs. C’est avec le produit de vos abonnements, et lui seul, que nous allons dès demain construire ce site, et constituer l’équipe qui le fera vivre.

Internet nous offre ce dont on n’osait rêver voici encore dix ans. La possibilité, sans investissements excessifs, d’une totale indépendance à l’égard des groupes financiers et des groupes de médias, et une incroyable souplesse d’utilisation, propice à toutes les expérimentations, à toutes les audaces.

C’est à nous de nous en saisir. Dès aujourd’hui.

Pourquoi avons-nous choisi de faire appel à vos abonnements, alors que nous aurions pu jouer la « gratuité », et tenter de vivre de la publicité ?

Nous pensons que la gratuité totale de l’information est une illusion. Ceux qui prétendent vous informer gratuitement le font toujours au nom de convictions (pas toujours affichées), d’intérêts (parfois bien cachés), ou pour vendre aux annonceurs des parts disponibles de votre cerveau. Informer est un métier, qui requiert des compétences et mérite un salaire.

Pour autant, nous ne souhaitons pas que l’argent soit un barrage pour tous ceux qui voudront nous lire et nous regarder. Pour que @rrêt sur images soit accessible à tous, y compris aux très bas revenus, nous avons fait preuve d’imagination. Rendez-vous sur la page d’abonnement.

Dans le paysage médiatique verrouillé d’aujourd’hui, la première liberté à conquérir est peut-être…celle de critiquer des médias omniprésents et omnipotents.

Je suis pleinement conscient de la confiance que vous allez nous témoigner en vous abonnant. Nous ferons tout pour être dignes de cette confiance.


Donnez-nous les moyens de l’indépendance. Abonnez-vous dès aujourd’hui à @rrêt sur images.
____________________________________________________________________________________

Voilà; malgré nos 200000 signatures de protestation (200 000 !!!!) le service public a du juger cette émission de Daniel Schneiderman trop intelligente, trop subversive sans doute :couic!

Donc on reprend le combat mais sur internet cette fois ;je colle le message avec tous ses détails.

 

Publié dans P...pédagogie

Commenter cet article