Les censurés (1)

Publié le par Jeanne Djoumpey

Certains textes furent censurés , ni plus ni moins, dans notre belle démocratie !

 

Interdits à la vente! Interdits de diffusion : retirés des librairies !!! Brûlés ? Enterrés?

Tel est le cas d'un des romans de Bernard Noël "Le château de Cène" : re-publié en 75 chez  J-J Pauvert, il  avait occasionné un procès en "outrage aux bonnes moeurs" ! il est vrai qu'à l'époque le hard-core n'avait pas envahi les écrans...

Mais il apparait surtout que la parole est dérangeante pour l'ordre bourgeois quand elle porte haut l'ambition humaine, quand elle est librissime...

Quand l'art est sublime et explose les limites !

Quand les mots dynamitent le correct, le poli, le normal...

Si vous lisez ou relisez ce texte , venez en parler!

 

 

 

 

 

 

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------__

lLa censure bâillonne, elle réduitau silence. Mais elle ne violente pas la langue... Le libéralisme fonde son pouvoir sur l’absence de Censure, mais il a
recours à l’abus de langage. Le discours qui étalonne la valeur des mots, le vide
en fait de sens - d’où une inflation verbale qui ruine la communication à
l’intérieur de la collectivité et par là-même la censure... Il faut créer le mot de
Sensure, qui par rapport à Censure indique la privation de sens et non de

parole... Et le culte de l’information raffine encore cette privation en ayant l’air
de nous gaver de savoir. » Bernard Noël

Publié dans L...lire

Commenter cet article