Rebord

Publié le par Jeanne Djoumpey

Le ciel,

      comme un foulard d'émoi à tes mains ivres

Au-delà de toute fenêtre parallèle

     comme une soie grisée du vent de tes regards

.......................ô  !... volutes de joie !..............................

Un bruit terrible glisse

    sur la clarté de l'heure

Langues éparpillées

     en l'instant innombrable des feuilles ...

Tes gestes ?

     une buée sur mes journées,

     lourde de transparence...

Brisure incandescente

     de l'arbre

    aux pentes antérieures

     de lacs imaginaires....

 ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Ce texte fut inspiré par une toile du peintre espagnol Pepe Espaliù

 

Jeanne Djoumpey

Publié dans P...poésie

Commenter cet article