aveu

Publié le par Jeanne Djoumpey

 J'écris par incapacité à peindre; je peins par incapacité à danser.

Ce n'est pas une citation exhumée du tapuscrit oublié d'un Alphonse Allais de la blogosphère, ni même la phrase éponyme d'un futur roman d'un futur auteur à succès qui aurait été découvert par Anne-Sophie Demonchy (voir son excellent blog) , non non!

 C'est une de-moi-totalement-véridique-phrase !

C'est un aveu sincèrement, authentiquement nécessaire et fatalement ...irrémédiable.

Mais bon, on s'en remet . Surtout moi .

C'est un aveu fondateur, pour l' être fondamentalement modeste et passablement fantaisiste que je suis, esprit pétri d'auto-dérision et d'architecture pudique, tendance ironie XXL

Etrange profil d'artiste, n'est-ce pas? L'ââââârtiste n'est-il pas celui qui porte son égo en drapeau?Celui qui est intimement convaincu de son génie intrinsèque, guettant l'instant où le monde enfin s'en apercevra?

Oyez oyez, braves gens!
Je n'écris donc que par défaut, et ne peins que par défaut au carré...ça fait de l'insoluble dans le CV, du peu-crédible-dans-la-démarche, du  elle-croit-pas-en-ce-qu'elle-fait-comment-voulez-vous-qu'on-la-suive ...

Tant pis! Le dérisoire est ma signature, le futile ma garantie:    "Seul l'inutile est beau ."

Certains moines bouddhistes jettent au vent tout le sable de leurs mandalas, et alors? Qu'ils  aient cru ou non en leur art  ne regarde personne...

D'autres sculptent le regret dans la mémoire collective, effaçant à jamais leurs oeuvres éphémères : quel impact sur leur sincérité?

D'autres encore s'épanchent à l'infini dans d'obscures oeuvres diaristiques...Même Pessoa n'osait se rassembler sous le nom d'artiste...

Quelle prétention, me direz-vous, à risquer un parallèle entre d'authentiques démarches de création et une non-démarche, justement...ma créativité n'est structurée par aucune problématique transcendante, aucune psychose intrinsèque, aucune philosophie, aucun axe métaphysique : elle se suffit à elle-même ! elle est, je la laisse s'exprimer ,c'est tout .

Je suis une abeille à jamais inruchable, je fais mon miel pour le plaisir ,en dilettante intrépide et consciencieuse que seul effraie le poison articide de l'argent-roi .

Et je garde un dard pour les irrespirables prétentieux.

 

Jeanne Djoumpey

 

 

 

Publié dans E...ecrire

Commenter cet article