Auteur un jour, auteur toujours

Publié le par Polixène

couverture de "Recels"
couverture de "Recels"

Le hasard, ou ce que nous nommons hasard, m'a poussée sous les pages d'Alain-Paul Mallard, qui dans "Recels", publié chez L'Arbre Vengeur, nous confie:

"Ecrire, c'est servir le langage. Après que Borgès a prouvé l'existence de la page parfaite, il est de notre devoir, face au langage, avec ou sans électronique, d'y aspirer."

Mmmm, c'est bien ce que je disais!!!

"La littérature doit raconter la vie, raconter le monde, sous la forme de l'aventure, même lorsqu'elle n'est pas extraordinaire, et témoigner de l'étonnante générosité du possible"

"l'étonnante générosité du possible" ...j'aurais rêvé de l'écrire!

On y trouve également, pages 177 à 180

"Un adjectif doit percer le nom, s'y plonger comme un couteau et pénétrer dans ses entrailles; l'obliger à révéler une vérité insoupçonnée sur sa propre nature...l'ensemble nom-adjectif doit éclater en une nouvelle unité significative"

Ne cherchez pas la liste de ses œuvres, elle n'existe pas : il n'a publié qu'un seul ouvrage, c'est "Recels", (Il est à la Bibliothèque Municipale de ma ville. De la vôtre aussi, sans aucun doute)

Polixène

Publié dans L...lire

Commenter cet article